Quand Google Maps API devient payant : quelles alternatives ?


Rédigé le , par Alexandre Filluzeau dans : Réflexions, Tech

C’est l’information qui a secoué internet ces derniers jours : Google a annoncé une nouvelle grille de tarifs concernant l’utilisation de son produit Google Maps sur les sites internet et les applications. Celle-ci est bien plus restrictive et fait remonter deux sujets : la dépendance aux outils Google (et sa position dominante) et les alternatives possibles.

google maps api

Quand c’est gratuit, c’est vous le produit !

Google Maps, il faut le reconnaître, est un super outil qui pendant de nombreuses années s’est démocratisé sur de très nombreux sites internet. Que vous ayez une petite Google Maps en pied de page, dans la page contact, dans une page de géolocalisation de points de vente ou dans un tunnel de conversion (je pense aux modules de transporteurs avec livraison en point relais), vous utilisez le service Google Maps.

Si pour le moment Google autorisait 25 000 chargements de carte gratuits par jour, le 11 juin il autorisera 28 000 par mois, soit moins de 1 000 chargements par jour. Cela fait une grosse différence ! Surtout que passé les chargements gratuits, il faudra payer 7 $ tous les paliers de 1 000. Autre nouveauté, même si vous ne dépassez pas cette limite, vous devrez mettre votre carte bancaire.

Si vous ne le faites pas d’ici le 11 juin voici ce qui s’affichera à la place de la Google Maps sur votre site internet.

google maps api disable

Ce sujet, inattendu, (en gros Google laisse 1 mois pour se mettre en conformité) pose une fois de plus des questions concernant la Google dépendance mais aussi les services web gratuits… c’est un débat d’actualité et chacun devra se faire son avis là dessus pour faire des choix à l’avenir.

Quelles solutions si j’utilise Google Maps sur mon site ?

1 – la solution la plus simple et rapide : payer ! Pour un prestataire web cela demande de créer un compte Google au nom du client, de créer un projet pour le site web, de générer une clé API, activer le service Maps JavaScript API, créer un compte de facturation et mettre la CB du client. Ensuite, il est possible suivre l’utilisation du service grâce au graphique disponible dans l’interface dédiée.

google maps quota

2 – solution plus complexe : passer sur une alternative à Google Maps. De nombreuses solutions existent déjà et quelques-unes se distinguent. Il existe par exemple depuis des années OpenStreetMap, une solution collaborative de cartographie. Peut-être que c’est aussi une opportunité pour que d’autres acteurs émergent et proposent une alternative gratuite. Toutefois la question du web gratuit se pose encore. Si demain tous les développeurs Google Maps migrent sur OpenStreetMap, il faudra trouver un moyen de la financer ce dernier soit par des dons (ce qui fonctionne généralement dans une certaine limite…) soit par un système d’abonnement ou de crédits.

don open street map

De notre côté les deux solutions sont envisagées pour nos clients. Selon la volumétrie du projet, soit il n’y a aucun risque de dépasser le quota et dans ce cas solution 1, soit les 1 000 requêtes / jour seront dépassées et dans ce cas solution 2.

Qwant : le volume de visites du moteur de recherche chez nos clients

RGPD : comment tirer profit de l’obligation de mise en conformité - Nantes

Rédigé le 11 mai 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Tous les champs sont obligatoires

Vous avez un projet ?


Création ou refonte de site internet, stratégie de visibilité web ?

Contactez-nous 09 67 06 67 56